Parce qu’il est compliqué de révoquer un syndic de copropriété en cours de mandat, mieux vaut miser sur le bon cheval dès le départ. Voici les points à scruter en priorité au moment de sélectionner votre syndic de copropriété.

1. Le syndic doit être adapté à la taille de votre copropriété

Si votre copropriété comprend de nombreux logements, un gros cabinet de syndic de copropriété aux moyens techniques et aux effectifs conséquents sera probablement plus à même d’en assurer la gestion qu’un cabinet de taille plus modeste. Veillez aussi à ce qu’en prenant en charge votre copropriété, le syndic ne dépasse pas ses capacités. En région parisienne, un syndic gère de 30 à 45 copropriétés réparties en 1 500 lots. Au-delà de ce seuil, la qualité de son travail risquerait d’en pâtir.

2. Intéressez-vous aux clauses du contrat

Les syndics de copropriété sont désormais dans l’obligation d’utiliser un contrat type dont les clauses auront été prédéfinies par le décret du 26 mars 2015. La totalité des prestations courantes (tenue de l’assemblée générale des copropriétaires, tenue du carnet d’entretien, etc.) étant comprises dans le forfait de base, elles ne pourront entraîner de frais supplémentaires. Faites-vous également expliquer la teneur et le montant d’éventuels frais administratifs.

3. Penchez-vous sur les frais exceptionnels

Assurez-vous qu’une prestation qualifiée d’exceptionnelle ne correspond pas en réalité à une prestation courante. S’il apparaît qu’une prestation est véritablement exceptionnelle, vérifiez que les tarifs facturés par le syndic ne sont pas excessifs. Pour cela, comparez avec ceux pratiqués par d’autres syndics.

4. Examinez une éventuelle clause de révision annuelle des tarifs

Parmi les points à vérifier, il est également important de mentionner la présence éventuelle d’une clause de révision annuelle des tarifs. S’il n’est fait mention nulle part d’un indice de référence, cette clause sera abusive et pourra être dénoncée.

5. Assurez-vous que la durée du mandat ne dépasse pas trois ans

La durée maximale du mandat d’un syndic de copropriété est de trois ans. Toute clause qui prévoirait le contraire serait nulle.

6. Vérifiez la garantie financière du syndic

En cas de faillite, le syndic pourra être amené à devoir rembourser les fonds de la copropriété. C’est pourquoi il est important que vérifier qu’il en a la capacité financière. Vérifiez également que le syndic a souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle.

7. Mettez plusieurs syndics en concurrence

Il est recommandé de demander des devis à plusieurs syndics afin de les mettre en concurrence. Vous pouvez aussi faire appel aux services d’un courtier en syndics.

8. Faites jouer le « bouche à oreille »

Un bon moyen de trouver un syndic efficace et aux tarifs raisonnables consiste à faire jouer le « bouche à oreille ». En en parlant-en autour de vous, en recueillant l’avis d’autres copropriétés et en traquant les commentaires peu élogieux sur le web, vous limiterez les risques de déconvenues.
>  Voir toutes mes News